les photos révélées avec de la peinture en 2006.

Publié le par vadim serandon

…/…Sous chaque tableau se trouve une autre image, une vue pas vraiment reconnaissable, dévoilant presque un autre événement au premier regard, donnant un souffle de vie, de vents, d’eaux, de mouvements. La couleur recouvrant la prise de vue d’un instant traversé. Image-modèle littéralement, un ensemble d’éléments : tracteurs, machines, immeubles, terrasses, moteurs, objets quotidiens, dont l’homme "semble" absent. Intrigue, curiosité de ces objets avec lesquels nous vivons, le mystère du mécanisme à comprendre, à séduire, retour à l’enfance, corps à corps d’avec la machine, forte analogie, la poésie de ces machines, objets figés en un silence de couleurs. Magnifier l’image d’un monde industriel, peur camouflée ? appétit du monde, boulimie du progrès technique? Organisation des contours de ses formes érotisées, remplir de couleur, tuyaux métalliques-boyaux, vues de l’intérieur d’un ventre, peurs intériorisées, photographies radiologies, repeindre au-dessus, comme un enfant se refait sa journée la nuit, avec ces engins à conduire, ces immeubles effondrés d’inquiétudes multiples, instants gravés en relief du rajouté, mettre sa tache, poser un trait sur les paysages pour être-là, flux de peinture pas vraiment décidé de soi-même, suivre les contours, en attendre une autre révélation, une autre histoire…L’histoire de sa place dans le monde, de son corps dans la peinture, de ces rapprochements, envahir recouvrir écraser de peinture, direct et vite, boulimie encore, répétitions du geste, mouvements, respirer le désir de l’envahissement à l’odeur de cette peinture glycéro, la domination apparente de ces engins, leur présence, la place qu’il prenne sur le papier… Vadim Sérandon traite ses peintures de la même façon, un paysage, un tracteur, une terrasse, un immeuble, comme il fait s’exprimer dans son dernier projet, lui en un animal comme une machine comme un homme comme une peinture comme des vies des peurs des rires…/…

 

Daphné Bitchatch / Paris octobre 2006

Publié dans textes

Commenter cet article